La Commune de Kayar


Localisation de Kayar

Localisation de la commune de Kayar, Sénégal

Kayar

Kayar se trouve sur la partie sud de la grande côte sénégalaise, à 58 km au nord – est de Dakar et à 40 km au nord – ouest de la ville de Thiès (chef lieu de la région du même nom). Elle occupe un site de façade maritime sur plus de 3 km d’extension avec sur plus d’un km, un arrière pays se développant sur un secteur dunaire et en zone interdunaire (Niang A. .L, 2000).

Connecté au réseau routier par une route bitumée qui débouche sur la Nationale 2 à hauteur de Cinquante (localité située entre Sébikhotane et Pout), la commune de Cayar est également accessible à partir d’une autre voie goudronnée qui part de Rufisque et traverse Bambilor et Bayakh.

Ainsi, le village fondé en 1865 comptait d’après les résultats provisoires du recensement de 2002, 16 527 habitants contre 9016 en 1988. Cette population est composée de wolofs majoritaires (80%), de peulhs (10%) et d’autres ethnies (10%).

Cayar faisait parti des 25 villages de la Communauté rurale de Diender. Elle a été récemment érigée en commune de plein exercice à la suite de la réforme administrative et territoriale du 22 février 2002. Actuellement, la commune de Cayar qui regroupe 4 anciens villages, s’étend sur 10 km le long de la côte et couvre une superficie de 1604 ha

Elle est l’un des plus importants centres de débarquement de la pêche artisanale du Sénégal. La production totale annuelle y est estimée à 13000 tonnes correspondant à

Arrivée de Pirogues à Kayar

Arrivée de Pirogues à Kayar

près de 16% des 350000 tonnes produits par année à l’échelle nationale (D.O.P.M . cité par Niang A. L., 2000 ; Bâ C., 2000). La ville bénéficie de nombreux atouts qui expliquent le dynamisme de la pêche : proximité des marchés locaux et des grands centres de consommation (Dakar, Thiès, Saint Louis et Louga).

La culture maraîchère y occupe également une place très importante. En effet, la localisation de la ville dans la zone des niayes qui fournit près de 75 % de la production horticole du pays explique le développement de cette activité. Non seulement, le maraîchage reste la deuxième source de revenu des habitants, mais également il est l’une des sources d’approvisionnement des localités environnantes en légumes et autres produits horticoles.
. La commune est limitée :

Laissez un commentaire